Blanche Breton.

Local, vous avez dit local?

Oui.

Blanche Breton est née à Paris, il y a quelques dizaines d’années. Citadine dans l’âme, cette femme n’en est pas moins “locale” à bien des égards. Par son enfance d’une part, après avoir fait ses premiers pas sur les marches du Sacré-Coeur, elle a grandi entre Vallières-les-Grandes et Blois, aussi bien dans un passé plus présent. Elle a ouvert voilà une dizaine d’années maintenant un petit salon de thé/petite restauration dans le village de Chaumont sur Loire.

C’est là qu’elle a commencé à exprimer ce que beaucoup percevrait comme des paradoxes: bijoutière/joaillère  et illustratrice de formation, elle a ouvert cet espace pour « discuter avec les gens et travailler dans l’économie locale », en proposant des plats faits maison avec des produits locaux. Ce que d’aucuns pourraient voir comme une rupture entre formation et activité réelle est en fait une expression de la première à travers la seconde. Car chacune de ses assiettes est composée de manière à la fois esthétique et gourmande, toujours dans la perspective de transformer les matières premières de qualité en ornements comestibles.

 Les jours de beau temps permettent à la terrasse d’offrir une halte rafraichissante et de qualité au milieu du tumulte des propositions “touristiques conceptuelles”. Il faut s’y être arrêté au moins une fois pour avoir gouté à quelque chose de rare: l’authenticité.

Tout ceci se retrouve dans ses peintures. Voilà pourquoi dès l’idée d’ouvrir un lieu où proposer des travaux de Artpentis locaux m’est venue, l’évidence fit qu’elle fut la première à qui je proposais les services de l’espace/temps du Metamicien. Et qu’elle accepta.

Cette première série datant de 2019 se nomme “Les Zoisals”.

Toutes les toiles sont composées à l’acrylique.

Parlez-en autour de vous :